L’HOMMAGE A PARIS

Mirjana Kostic, Eteri Pagava i Margaret Servin

Mirjana Kostic, Eteri Pagava i Margaret Servin

Les souvenirs et la mémoire de notre plus grand danseur de ballet Milorad Miskovitch ne s’atténuent pas. Ses admirateurs et amis se sont réunis le 13 décembre 2014, lors de l’hommage organisé par le Centre culturel serbe à Paris.

Ce n’est pas la première fois que ce « prince de la danse » nous représente dans ce lieu, si culte pour nous, dans la capitale française. Malheureusement, il n’est plus là pour impressionner le public pars sa personnalité charismatique. Les personnalités de la vie culturelle de Paris, ceux qui connaissaient bien l’artiste Miskovitch et l’importance de sa grande carrière internationale, le plus liée à la scène française, ont parlé de lui.

La rencontre a été ouverte par Mme Slavica Petrović, directrice du Centre culturel, puis de Miskovitch , qui a été le directeur artistique de l’UNESCO pendant plus de dix ans, a parlé dr Konstatin Kontogiannis, actuellement secrétaire général de CID UNESCO, suivi par Jean-Christophe Paré, l’un des directeurs du Conservatoire de musique et de danse de Paris.

Un ami de longue date de Milorad Miskovitch, le danseur et chorégraphe italien Toni Candeloro, a présenté son film de trente minutes « L’après-midi d’un faune » et notre artiste dans ce ballet culte. Les étudiantes du Conservatoire de Paris, en costumes du ballet mentionné, ont illustré, par des mouvements, quelques segments.

Avec beaucoup d’émotions, de Miskovitch a parlé sa partenaire des débuts de sa carrière – Ethéry Pagava, sa Juliette du ballet de Lifar « Roméo et Juliette ».

Comme un grand danseur, Miskovitch appréciait et aimait beaucoup notre folklore, et le sachant, les organisateurs de la soirée ont terminé ce programme par les jeux de Vranje, réalisés par des jeunes du groupe folklorique « Perle » de Paris.

Au nom de l’épouse de l’artiste, Mme Nita Servin Miskovitch, sa jeune cousine de Dallas,  Margaret Servin, a remercié aux organisateurs, participants et public. Elle a fait don de plusieurs exemplaires de la monographie de Miskovitch, sortie de la plume de Jovan Ćirilov et de Marija Janković-Šehović. Par ailleurs, cette artiste de ballet et l’ami proche de la famille Miskovitch de Belgrade, avait transmis, pour cet hommage à Paris, un matériel enregistré, provenant de ses archives personnelles, à la demande d’une pédagogue de ballet, Mirjana Kostić, également l’amie de cette famille.

Comments are closed.